Goto main content

Le Précurseur – Printemps 2019

Éditorial

Un choix : avancer

Par Marie-Paule Sanfaçon, m.i.c.

Pour réduire la vitesse sur certaines routes, des carrefours giratoires sont érigés. Ils permettent aux usagers de choisir la direction désirée ou de faire demi-tour pour revenir au point de départ. Dans nos vies, ne devrions-nous pas avoir quelques-uns de ces carrefours pour faire le point, réfléchir sur le sens de notre route de vie… ai-je vraiment choisi le bon chemin ? Si oui, il ne faut pas hésiter, mais Avancer au large.

J’imagine sans peine que tous ces gens qui marchent pour trouver refuge dans des pays d’accueil ont dû réfléchir avant de tout laisser pour partir à l’aventure, sans aucune garantie de succès. Ils marchent dans la confiance de trouver un gite meilleur que celui qu’ils ont laissé derrière eux. Ils avancent au large sans savoir ce qui les attend. Plusieurs d’entre eux vivent certainement de grandes inquiétudes et s’interrogent : Ai-je fait le bon choix ? Vais-je le regretter ? Ils sont là pourtant, tout près du but, mais la dernière étape est la plus difficile, car c’est au risque de leur vie. Cependant, l’espoir d’une vie meilleure est le plus fort et ils sont prêts à vaincre tous les obstacles.

La vie nous met souvent au défi d’avancer. Mélanie, aux Philippines, s’est posé beaucoup de questions avant de choisir la meilleure option pour elle-même. Le diacre Paul Ma, malgré son hésitation à suivre l’appel du Seigneur, a avancé… Il arrive souvent dans notre propre vie que nous ayons à réfléchir avant de poursuivre la route choisie. Bien des obstacles peuvent ralentir la marche : maladie, perte d’emploi ou échec, le Seigneur est là pour nous aider à continuer, à avancer. Comme Pierre, la femme adultère et la petite fille de Jaïre, tous se croyaient au bout de leur chemin, mais non, le Seigneur leur a donné un coup de pouce pour continuer. Le pêcheur madelinot n’a-t-il pas raison de l’appeler son Capitaine ?

Avançons au large dans la confiance, n’ayons pas peur, nous ne sommes jamais seuls. Il est là et il marche avec nous.

Bonne lecture.

Dossier - AVANCE AU LARGE

Des montagnes à la jungle

Par Audrey Charland

(SUITE)
À l’aéroport, le contrôleur ouvre délicatement la valise de Soeur Rosario tandis que cette dernière essaie de lui expliquer qu’il n’y a rien de dangereux à l’intérieur. Il prend tout de même la peine de jeter un coup d’oeil dans le sac de plastique contenant les cochons d’Inde congelés, enveloppés d’alfafa pour en faciliter le transport. Une fois ce constat effectué, il ne parut guère surpris et nous laissa continuer notre route.

Il me faut préciser un petit détail ici. Vous avez bien lu au paragraphe précédent : cochon d’Inde, cobaye ou cuy. Il est très commun de consommer leur chair. Cela semble d’ailleurs être extrêmement nutritif. Or, je fus incapable de tenter cette expérience gustative. Il m’était impossible d’imaginer ce petit rongeur cuit après l’avoir vu et entendu crier dans les rues, maintenu par la peau du cou, fièrement exhibé par une paysanne en quête d’acheteurs potentiels !

3 JUILLET : UN HORIZON DE POUSSIÈRE
Dans la région de Pucallpa, le principal moyen de transport est la mototaxi. Cela m’intriguait grandement de connaitre l’utilité de ces bolides, somme toute peu stables lors des accélérations et dans les virages, même si les rues de la ville étaient généralement asphaltées. Je compris rapidement pourquoi Soeur Ederlina sortit de sa bourse un mouchoir de coton qu’elle plaça devant son nez et sa bouche [ … ]

[ ... ]

Portail des archives

 

Missionnaires avec nous

 

Pages  d'histoire

 

Suivez-nous

 

Liens

© 2019 - Presse Missionnaire MIC / MIC Missionary Press
Numérisation des documents / Documents scanning: Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Les Sœurs Missionnaires de l'Immaculée-Conception

Conception Web / Web Design: Sednove

logo_canada.png