Éditorial

Surprises de Dieu

Par Marie-Paule Sanfaçon, m.i.c.

Quand je suis entrée dans ma communauté, je l’ai choisie parce qu’elle était canadienne ouverte sur la mission. La fondatrice, Délia Tétreault, originaire de Marieville, Québec, avait établi sa première maison à Montréal. En 1974, alors que j’étais en Haïti, ce fut une surprise pour moi d’entendre notre Supérieure générale, Sr Monique Préfontaine, faire valoir le caractère international de notre communauté. J’étais étonnée… mais je vous assure que je ne regrette rien. Depuis, mon cœur s’est épanoui à la dimension du monde. Quelle joie et quelle richesse de découvrir la beauté des différentes cultures !

Ne devrait-il pas en être autant dans notre monde d’aujourd’hui ? Que dire des bouleversements mondiaux et des millions de migrants cherchant refuge dans des pays d’accueil et sollicitant l’asile de nos cœurs. Latinos, Arabes ou Africains, qu’importe ! Le Seigneur nous réserve de grandes surprises à leur contact. La communauté mondiale nous invite à nous ouvrir à la dimension d’un cœur universel.

Lors d’une assemblée internationale dans notre communauté, après une célébration eucharistique, nous avons vécu la joie des retrouvailles. Des bras noirs enveloppant d’affection des bras blancs et vice versa, des bras jaunes encerclant des bras noirs, la joie était au rendez-vous, ce qui a fait dire aux gens présents : Voyez comme elles s’aiment. Et une ajouta : Et dire que des gens sont racistes, ils ne connaissent pas ce bonheur…

Tout au cours de l’année, nous voulons vous offrir des pistes de réflexion sur les changements sociaux qui nous dérangent. Souvent, nous nous sentons envahis par les nouveaux arrivants. Pourtant, en y réfléchissant bien, ne sont-ils pas plutôt venus nous donner un bon coup de main ? Partout, nous voyons des pancartes : NOUS EMBAUCHONS ! Nous avons besoin de main-d’œuvre. Accordons-leur notre confiance et aidons-les à vivre leurs pertes de repères en favorisant un enracinement en profondeur grâce à deux piliers fondamentaux que sont la langue et l’emploi.

Dans ce numéro de la revue, nous vous suggérons d’ouvrir votre cœur devant les défis quotidiens de la société actuelle. Nous souhaitons vous offrir le bonheur de la richesse de l’internationalité. Toutefois, nous n’avons pas à choisir, elle compte parmi les surprises de Dieu.

 

Dossier – EXODE : DÉRACINEMENT, ENRACINEMENT

L’histoire d’une vocation

Par Rosa Yung, m.i.c.

Née à Hong Kong, je suis la dixième d’une famille de douze enfants : cinq garçons et sept filles. Après ma naissance, ma mère fut frappée de paralysie et traitée par un médecin chinois. Par conséquent, j’ai absorbé les médicaments présents dans le lait maternel. J’ai manqué de nourriture et mon système immunitaire étant affaibli, j’ai attrapé la variole. Mes parents ne m’ont pas envoyée à l’hôpital; ils ont bien pris soin de moi à la maison. J’ai retrouvé la santé, mais j’ai toujours été la plus petite et la plus frêle de la famille.

Mes parents étaient très attachés au bouddhisme. Cette doctrine nous a été transmise de génération en génération. Toutefois, j’ignore encore pourquoi on m’a envoyée dans une école catholique. J’avais six ans quand j’ai commencé Rosa Yung m.i.c. à entendre parler de Dieu.

[ … ]